Aide à la création d’entreprise : découvrez tous les dispositifs !

1424

Créer une entreprise n’est jamais facile et même un entrepreneur à succès ne peut dire le contraire. En France, heureusement, l’État vient en aide à ceux qui souhaitent se lancer dans cette nouvelle aventure, et ce, de différentes manières. Dans cet article, justement, nous allons vous parler des dispositifs mis en place par l’État français pour venir en aide aux futurs entrepreneurs. Les voici :

L’ARCE

 

A lire également : Les erreurs à éviter lors de la simulation de portage salarial en ligne

Sans doute la plus connue en France, l’ARCE (anciennement ACCRE), pour Aide à la reprise ou à la création d’entreprise, est un dispositif mis en place par l’État français dans le but justement d’aider à la création d’entreprise. À quoi consiste-t-il ?

En fait, l’ARCE n’a pas pour objectif d’aider financièrement dans la création d’entreprise. Par contre, ce dispositif laisse au concerné la possibilité de toucher une partie de ses droits de chômage restant, et ce, sous forme de capitale. Vous l’aurez compris, il s’agit donc d’un dispositif de Pôle emploi.

Lire également : Trouver des clients en freelance : Astuces

Pour être éligible à l’ARCE, il y a des conditions. Tout d’abord, le concerné doit être un demandeur d’emploi qui touche l’ARE (allocations d’aide au retour à l’emploi) auprès de Pôle emploi. Il doit également déclarer son projet de création d’entreprise au sein de Pôle emploi. Une déclaration qui sera bien évidemment analysée avant d’être approuvée ou rejetée.

En cas d’arrêt de son activité en tant qu’entrepreneur, le concerné peut toujours retrouver un statut de demandeur d’emploi et ainsi toucher ses droits aux allocations chômage.

Prise en charge des coûts de formation

Comme pour la reconversion professionnelle, Pôle emploi peut également prendre en charge les frais de formations dans le but d’aider à la création d’entreprise. C’est très intéressant pour un demandeur d’emploi puisqu’aucun frais ne sortira de sa poche. À noter d’autant plus qu’une formation est parfois nécessaire pour prétendre à un statut d’entrepreneur et le fait qu’elle soit prise en charge par l’état aide beaucoup.

L’ARE ou l’ARCE ?

De nombreux demandeurs d’emploi se posent cette question : l’ARE (allocations d’aide au retour à l’emploi) ou l’ARCE (aide à la reprise ou à la création d’entreprise) ? C’est une très bonne question puisque ces deux dispositifs sont aussi intéressants l’un que l’autre. Alors, lequel choisir sachant qu’on ne peut bénéficier que de l’un ?

Ce qu’il faut savoir c’est que l’ARCE représente 45 % des droits à l’ARE qui reste à verser. Sous forme de capitale, cette somme est normalement versée en deux temps (une première partie lors de la création de l’entreprise et une deuxième partie 6 mois plus tard). Ainsi, l’ARCE constitue un apport financier intéressant pouvant faciliter la conversion à l’entrepreneuriat.

Quant à l’ARE, il s’agit des droits de chômage versés mensuellement par Pôle emploi et contrairement à l’ARCE, l’ARE est versé mensuellement.

À vous donc de voir ce qui semble convenir au mieux à votre situation. Mais sachez toutefois que vous avez tout à fait le droit de continuer à percevoir l’ARE sous condition de revenus, et ce, même si vous avez déjà créé votre entreprise.

Les aides à l’embauche

Une fois que votre entreprise est créée, vous pourriez être confronté à un autre défi majeur : l’embauche. Heureusement, il existe des dispositifs d’aide qui peuvent faciliter ce processus.

Nous avons le dispositif de l’ACRE (Aide aux Créateurs et Repreneurs d’Entreprise), anciennement appelée ACCRE. Cette aide vise à encourager les entrepreneurs en réduisant leurs charges sociales pendant leur première année d’activité. Grâce à l’ACRE, vous pouvez bénéficier d’une exonération partielle ou totale des cotisations sociales sur vos revenus professionnels. C’est une véritable bouffée d’oxygène financière qui peut vous permettre de consolider votre trésorerie lors des premiers mois cruciaux de votre entreprise.

Il y a aussi les aides spécifiques à l’embauche destinées aux jeunes et aux demandeurs d’emploi. Le contrat CAPE (Contrat d’Appui au Projet Entrepreneurial) permet par exemple de bénéficier pendant trois ans de certaines exonérations fiscales et sociales lorsque vous embauchez un salarié dans le cadre du développement de votre activité.

Pôle emploi propose aussi des aides financières pour favoriser la création ou la reprise d’une entreprise par les demandeurs d’emploi. L’aide ‘Nouvel entrepreneur’ peut ainsi être accordée sous forme de subvention afin de soutenir la mise en place du projet entrepreneurial.

Vous devez mentionner le dispositif NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d’Entreprise) qui offre un accompagnement personnalisé et renforcé ainsi qu’un prêt à taux zéro pour les entrepreneurs qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise. Cette aide permet de bénéficier d’un suivi sur le long terme, avec des conseils avisés et un soutien financier.

N’oublions pas les aides régionales spécifiques qui peuvent varier selon les territoires. Certaines régions proposent par exemple des subventions pour encourager l’embauche de certains profils (jeunes, seniors, personnes en situation de handicap) ou encore des dispositifs dédiés à l’innovation technologique.

La création d’une entreprise ne se limite pas seulement au choix du statut juridique et aux démarches administratives. Vous devez vous familiariser avec tous les dispositifs d’aide disponibles afin d’optimiser vos chances de réussite. Que ce soit pour le financement initial, la gestion du chômage ou encore l’embauche de salariés, il existe une multitude d’options conçues spécialement pour soutenir et accompagner les entrepreneurs tout au long de leur aventure.

Le financement de la première année d’activité

Une fois votre entreprise créée, le financement de la première année d’activité peut s’avérer être un véritable défi. Mais ne vous découragez pas, car il existe des dispositifs spécialement conçus pour vous aider à traverser cette période cruciale.

L’une des options les plus populaires est l’Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise (ACCRE). Ce dispositif permet aux demandeurs d’emploi qui créent ou reprennent une entreprise de bénéficier d’une exonération partielle ou totale des charges sociales pendant leur première année d’activité. Cela peut représenter une économie significative et contribuer grandement à stabiliser vos finances au démarrage de votre entreprise.

Si vous êtes éligible au régime micro-entrepreneur, vous pouvez aussi opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Ce système simplifié permet de payer dès la perception du chiffre d’affaires trimestriellement ou mensuellement un montant forfaitaire comprenant les cotisations sociales et fiscales liées à votre activité professionnelle.

Certaines plates-formes en ligne proposent désormais du financement participatif, aussi appelé crowdfunding. Grâce à cette solution innovante, vous pouvez solliciter directement le soutien financier du public afin de récolter les fonds nécessaires pour lancer votre projet entrepreneurial. Cette méthode présente plusieurs avantages : elle permet notamment de tester la viabilité commerciale de votre idée en mesurant l’intérêt qu’elle suscite auprès des potentiels clients.

N’hésitez pas non plus à vous renseigner sur les dispositifs de prêts d’honneur. Ces prêts à taux zéro, souvent accordés par des organismes sous forme de subvention pour favoriser la création ou la reprise d’une entreprise par les demandeurs d’emploi. Ils peuvent constituer un complément intéressant aux autres sources de financement et vous permettre de bénéficier d’un soutien financier non négligeable.

Pensez aussi à explorer toutes les possibilités offertes pour obtenir des aides publiques ou privées. Par exemple, certaines régions proposent des subventions spécifiques pour encourager l’embauche ou le développement économique au niveau local. De même, certains fonds privés investissent dans des projets entrepreneuriaux prometteurs en échange de partages dans le capital.

La première année d’activité est souvent une période délicate financièrement parlant, mais ne laissez pas cela freiner votre ambition entrepreneuriale. En explorant tous ces dispositifs et en étudiant soigneusement vos options, vous pouvez trouver les ressources financières nécessaires pour démarrer avec succès votre aventure professionnelle.