C’est quoi le secteur bancaire ?

15

À la base d’investissements toujours plus importants, l’informatique — et, plus généralement, la technologie — jouent un rôle clé dans l’histoire du secteur bancaire. Parce qu’elle est au cœur des enjeux stratégiques devenus majeurs, elle transforme profondément un secteur bancaire qui a été parmi les premiers à s’informatiser. Par conséquent, de nombreuses banques recrutent maintenant des profils de plus en plus spécifiques pour atteindre des objectifs tels que la performance et plus encore la sécurité.

Une entreprise plus stratégique que jamais pour les banques

À l’ère des problèmes de Big Data et de sécurité des données, l’informatique est devenue la figure principale de la banque de demain.

A découvrir également : Comment trouver la meilleure banque en ligne ?

Initialement chargée de faciliter la gestion des opérations comptables et de services, elle contribue maintenant à l’évolution des systèmes informatiques en prenant en compte les avancées technologiques et les objectifs stratégiques de l’entreprise.

Les profils informatiques recrutés par les banques visent donc à améliorer les procédures internes, à faciliter la transmission de l’information et à garantir la performance et la disponibilité des outils informatiques.

A lire en complément : Comment remplir un chèque BNP ?

Ils sont également confrontés à d’importants problèmes de sécurité liés au traitement des transactions bancaires, à l’anticipation des attaques informatiques (les introductions frauduleuses n’ont cessé d’augmenter au cours des 5 dernières années) ou à la protection des données.

La banque est aujourd’hui l’un des secteurs les plus exposés aux risques informatiques. Nous comprenons pourquoi les grands groupes n’hésitent pas à dépenser des milliards d’euros par an pour les technologies de l’information.

L’ évolution du modèle bancaire à travers le numérique

Au-delà des questions de sécurité, l’informatique permet au secteur bancaire d’évoluer et d’offrir des services toujours plus innovants à ses utilisateurs.

Développements récents marqués par l’émergence du néo-banking, ces nouvelles banques « hybrides » entre la banque traditionnelle, la banque en ligne et les fintech.

Aujourd’hui, l’offre neobank continue de croître en offrant à ses utilisateurs une gestion simplifiée et plus accessible de leurs comptes bancaires, principalement via une application mobile (d’où le terme parfois utilisé « mobile » banque »).

Un autre exemple est la technologie blockchain, qui permet l’enregistrement décentralisé et l’authentification des transactions. Une véritable révolution dans le secteur bancaire qui la voit comme une opportunité d’accélérer et d’automatiser les transactions grâce à la numérisation progressive des actifs.

Aujourd’hui, il ne fait aucun doute que les TI continueront de changer le secteur bancaire.

Les profils informatiques recherchés par les banques

Pour atteindre les objectifs stratégiques que nous venons de citer, les banques doivent réussir à attirer les bons profils. Les profils qui tendent de plus en plus à se spécialiser en tant que nouvelles technologies nécessitent une expertise complète.

Les besoins informatiques actuels sont particulièrement importants pour les banques. Par exemple, la Société Générale embauche entre 120 et 150 informaticiens par an.

Les profils informatiques recherchés peuvent fonctionner sur différents projets et à différents niveaux, même s’ils sont principalement intégrés à la Direction des Systèmes d’Information (CIO) et aux départements Infrastructure et Logiciels.

Ministères qui comprennent habituellement de nombreux métiers :

  • Ingénieurs de développement informatique
  • Les agents de conformité
  • Les agents de sécurité
  • Responsables Back-Office
  • Gestionnaires de projets MOA/SI
  • Etc…

Parcours et compétences variés

Bien qu’ils soient souvent chargés d’aider et de conseiller les utilisateurs sur les outils informatiques, les compétences des profils informatiques varient souvent d’un emploi à l’autre : Business Intelligence, Data Mining, Cyber Security, Systèmes réseau, etc.

Aujourd’hui, les grandes banques se tournent surtout vers les jeunes diplômés qui peuvent plus facilement s’entraîner à leurs processus et à leur culture et qui sont habitués à travailler selon une méthode agile.

Profils qui peuvent être issus d’écoles d’ingénieurs classiques mais aussi de cours moins « traditionnels » comme Épitech ou l’école 42, avec 1 à 5 ans d’expérience en moyenne.

Quelle que soit leur carrière, ils sont désormais dotés d’une véritable compétence commerciale (banque, finance, assurance…) qui leur permet de maîtriser le défis de ce secteur particulier et de proposer des solutions adaptées.

L’ informatique et la banque : un avenir commun ?

Malgré une forte concurrence, le secteur bancaire reste particulièrement attractif pour les jeunes diplômés en informatique, avec une augmentation salariale d’environ 5% enregistrée en 2018.

Du côté « star », nous trouvons Cloud Computing, qui permet de faciliter la fourniture de ressources informatiques, la gestion des bases de données (NoSQL), la cybersécurité ou même les langages de programmation historiques (Java, Python) ou plus récent (Go, Kotlin).

L’ informatique n’a pas fini de faire les jours ensoleillés du secteur bancaire. Indispensable pour relever les défis de la sécurité stratégique et de la performance, c’est l’allié essentiel de la transformation numérique qui se déroule aujourd’hui à tous les niveaux.

Un marché particulièrement attrayant pour les jeunes diplômés, ses prochains objectifs seront de réussir à attirer et à retenir des talents qui sont aujourd’hui gâtés par le choix face à des offres d’emploi florissantes.

Ne pas hésitez à parcourir tous nos articles sur le marché du travail !