Airbnb, le bon coin… quelles sommes sont imposables ?

13
Airbnb, le bon coin... quelles sommes sont imposables

Nombreux sont les particuliers qui passent par des plateformes comme Airbnb pour trouver des locataires pour leurs résidences. Il s’agit d’une pratique de plus en plus réglementée et contrôlée strictement par le fisc.

Si vous êtes un bailleur sur les plateformes de location et de vente de biens immobiliers comme Airbnb, le bon coin, etc. il est important de connaitre ce que vous devez déclarer. Cela vous aidera à mieux anticiper sur la valeur de l’impôt sur le revenu. Ce sera également l’occasion de connaitre les risques de redressement pour ceux qui ne souhaitent pas faire une déclaration.

A voir aussi : Comment sauver une entreprise en difficulté ?

Airbnb et Abritel

Sur des sites de location immobilière entre particuliers, à l’image d’Airbnb et d’Abritel, vous louez votre logement à d’autres. C’est donc une activité commerciale de location de biens meublés. Ce qui requiert ainsi une déclaration de vos gains aux impôts. On distingue toutefois deux situations.

Si vous louez tout ou une partie de votre logement principal, de façon saisonnière, pour des revenus annuels inférieurs à 760 euros, il ne sera pas nécessaire de le déclarer au fisc. Il en est de même si vous louez une ou plusieurs pièces du logement à un tarif plafonné, tout en occupant une partie. Pour les loyers, le plafond est d’environ 190 euros pas année et par mètre carré pour certaines zones comme l’Île-de-France. Pour le reste, il faudra noter un plafond de 140 euros.

A découvrir également : Comment construire un modèle économique ?

Dans les autres cas, les recettes seront imposées à partir du moment où elles dépassent 305 euros l’année. Pour la déclaration, deux options s’offrent à vous. Vous pouvez choisir le régime micro-BIC afin de vous faciliter la tâche ou opter pour le régime réel afin d’optimiser la fiscalité. Cette seconde solution est obligatoire lorsque vous avez un chiffre d’affaires qui dépasse 72 600 euros par année. Ce qui arrive rarement chez un particulier qui loue ponctuellement son logement sur Airbnb ou Abritel.

En pratique, avec le micro-BIC, il faudra simplement faire le report des recettes en case 5ND « locations meublées » du formulaire 2042C Pro. C’est un document complémentaire à celui qu’on complète pour les placements et les revenus salariés. Ensuite, l’administration va appliquer un abattement forfaitaire de 50% sur les ressources. La déduction est censée prendre en compte vos différentes charges. Ce qui veut dire que si vous gagnez 4000 euros avec la location de votre logement, c’est ce montant qu’il faudra indiquer. Toutefois, l’imposition ne se fera que sur 2000 euros.

Airbnb, le bon coin

Le Bon Coin et Vinted

Vous faite de la revente de vêtements, d’appareils électroménagers ou encore de véhicules ? Dans ce cas, le fisc ne fera aucun prélèvement sur vos gains. Le plus souvent, il n’est pas nécessaire pour les revendeurs particuliers de reporter le montant de la revente d’objets ayant déjà servi au moment de déclarer leurs revenus.

Les seules exceptions, c’est lorsque vous devez céder des métaux précieux ou que vous revendez des articles pour un montant unitaire qui dépasse 5000 euros. Sauf les automobiles, les électroménagers et les meubles qui demeurent exonérés. Dans ce cas de figure, il faudra remplir un imprimé spécifique. Vous serez donc imposé à hauteur de 19% sur la plus-value obtenue.

De même, les vendeurs professionnels sur les plateformes de petites annonces sont taxés lorsque leurs revenus annuels sont supérieurs à 305 euros. Si vous faites partie de ce lot, alors vous pouvez choisir le régime du micro-BIC lorsque vos gains dépassent 176 200 euros par année. En pratique, les revenus seront reportés au niveau de la ligne 5NO, sur la déclaration complémentaire 2042 C pro. Vous allez ainsi profiter d’un abattement pour frais de 71%. De manière concrète, si vous gagnez 10 000 euros par an sur le Bon Coin, votre impôt sera uniquement calculé sur 2900 euros.

Sur le Bon Coin, il est aussi possible de proposer des services contre rémunération. Les gains sont taxés mais le régime auquel ils seront soumis dépendra de la nature de l’activité. Pour précision, le Bon Coin est une plateforme généraliste où l’on peut aussi proposer un logement ou une voiture en location.

Blablacar

Les gains des utilisateurs d’un site comme Blablacar ne sont pas fiscalisés. Et pour cause le covoiturage est neutre sur le plan fiscal, tant que cela ne sort pas du cadre de partage des frais. Vous ne pas subir de taxes, il faut que vous fassiez aussi le trajet pour votre propre compte. De plus, une partie des frais liés au péage et au carburant doit rester à votre charge.  Aussi, il est essentiel que le coût total ne soit pas supérieur au barème kilométrique.

Ce sont ainsi les trois critères à remplir lorsqu’on passe par une plateforme de covoiturage. C’est d’ailleurs ce qui fait la différence entre les conducteurs de Blablacar et ceux d’Uber qui exercent une activité totalement commerciale.

Pour Uber, les revenus sont assujettis au régime réel lorsqu’ils dépassent 72 600 euros ou au régime micro-BIC lorsqu’ils sont inférieurs à ce montant.