Comprendre les défis de la réglementation des crypto-monnaies

1034

L’essor fulgurant des crypto-monnaies a bouleversé le paysage financier mondial, obligeant les gouvernements et les institutions à repenser leurs approches en matière de régulation. Les défis posés par ces monnaies numériques sont nombreux : lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, protection des investisseurs, stabilité financière et fiscale, pour n’en nommer que quelques-uns. Face à la complexité de ces enjeux, il est crucial de déchiffrer et d’appréhender les différentes dimensions de la réglementation des crypto-monnaies afin d’assurer un équilibre entre l’innovation technologique, la sécurité des transactions et la confiance des acteurs économiques.

Les règles fondamentales des crypto-monnaies

Il faut comprendre les bases de la réglementation des crypto-monnaies pour appréhender les enjeux actuels. Il faut souligner que ces monnaies numériques sont généralement considérées comme des ‘actifs’ plutôt que comme des devises fiduciaires traditionnelles. De ce fait, leur utilisation et leur détention peuvent entraîner des obligations fiscales spécifiques.

A découvrir également : Comment suivre le cours du bitcoin ?

La régulation des crypto-monnaies varie considérablement selon les pays et les juridictions. Certains États ont adopté une approche restrictive, interdisant purement et simplement l’utilisation ou le commerce de ces monnaies virtuelles (comme c’est le cas en Chine), tandis que d’autres se montrent plus permissifs ou proposent un cadre légal adapté aux particularités technologiques inhérentes à cette innovation financière (comme au Japon).

Malgré cette hétérogénéité normative internationale autour du domaine des crypto-actifs, certains principaux objectifs communs semblent être partagés par l’ensemble des gouvernements et institutions : protéger les consommateurs contre tout risque lié à la volatilité extrême et aux escroqueries potentielles associées à certaines transactions ; limiter certains abus tels que l’utilisation frauduleuse pour le blanchiment d’argent ; ainsi qu’enrichir la transparence sur chaque opération.

A lire en complément : Comment investir intelligemment dans les crypto-monnaies

Face à cette multitude de problèmes rencontrés lors de ces échanges cryptographiques non-régulés qui ne présentent pas assez de garanties quant au respect stricto-sensu du droit international existant afin notamment d’éviter toute forme préjudiciable de manipulation de marché, certains gouvernements envisagent une réglementation plus stricte.

Cette approche demeure encore controversée car elle pourrait freiner l’innovation et la croissance du secteur des crypto-monnaies. De fait, le défi majeur pour les régulateurs consiste à trouver l’équilibre entre ces différentes exigences contradictoires : protéger les investisseurs sans entraver le développement technologique ni augmenter inutilement les coûts liés aux procédures administratives qui en découlent.

crypto-monnaies  régulation

Défis de la nature décentralisée des crypto-monnaies

Un autre défi lié à la régulation des crypto-monnaies est leur nature décentralisée. Contrairement aux monnaies traditionnelles qui sont émises et régulées par les gouvernements, les crypto-monnaies sont créées grâce à un processus informatique complexe et ne sont pas centralisées autour d’un organe de contrôle unique.

Cela signifie que toute forme de réglementation nécessiterait une coopération internationale entre différents États et autorités pour être efficace. Cette coordination peut s’avérer difficile en raison de l’absence d’une structure centrale unique pour ces actifs numériques. La confidentialité offerte par certains réseaux blockchain peut aussi compliquer le travail des autorités compétentes dans la lutte contre les activités criminelles ou illicites telles que le blanchiment d’argent ou le financement du terrorisme.

Par exemple, lorsque des personnes effectuent une transaction avec Bitcoin ou Ethereum sur un portefeuille virtuel anonyme basé sur Tor (un navigateur internet spécialement conçu pour protéger l’anonymat), cela rend plus difficile l’identification des parties prenantes impliquées dans cette transaction. De même, certains aspects peuvent nuire au développement technologique futur ainsi qu’à son adoption massive auprès du grand public si celui-ci n’est pas suffisamment rassuré quant aux risques encourus vis-à-vis des possibles failles ou problèmes relatifs à la sécurité informatique qui ont déjà entraîné plusieurs cas notables de volatilisation de cryptomonnaies, comme MtGox en 2014 ayant perdu près de 850 000 bitcoins.

Un autre obstacle auquel sont confrontés les régulateurs est la vitesse à laquelle évolue l’industrie des crypto-monnaies. Les technologies qui sous-tendent ces actifs numériques se développent rapidement et de nouvelles formules financières apparaissent constamment, créant ainsi des défis pour les autorités chargées de leur régulation.

Malgré cela, certains gouvernements ont commencé à s’intéresser aux avantages potentiels que pourrait apporter cette technologie dans la vie quotidienne en proposant notamment une reconnaissance légale de certains stablecoins (actifs cryptographiques dont le cours est indexé sur une monnaie fiat) ou encore en utilisant la blockchain pour faciliter l’échange et le partage d’informations sécurisées dans différents secteurs tels que l’immobilier ou encore la santé.

Enjeux de la protection des consommateurs et de la lutte contre la fraude

Pour que ces initiatives soient acceptées par le grand public et que leur utilisation se généralise, il est nécessaire de garantir la sécurité des transactions effectuées. L’une des principales préoccupations des régulateurs est donc de protéger les consommateurs contre la fraude et l’arnaque dans le cadre de l’utilisation de crypto-monnaies.

L’une des solutions proposées a été l’introduction d’un cadre légal clair pour réglementer les échanges d’actifs numériques à travers une surveillance accrue du marché et une application stricte des lois en matière de lutte contre la criminalité financière. Le gouvernement américain a par exemple introduit l’examen du ‘KYC’ (Know Your Customer) qui oblige les plateformes sur lesquelles sont échangés ces actifs à collecter certaines informations sur leurs utilisateurs afin notamment de vérifier leur identité avant toute transaction.

En Europe, par exemple depuis janvier 2020, tous les prestataires français exerçant une activité liée aux crypto-actifs doivent être enregistrés auprès de l’Autorité française (AMF) conformément aux dispositions relatives à la directive européenne DSP2 concernant certains services relatifs au paiement.

D’autres mesures ont aussi été prises, telles que l’établissement d’un registre centralisé permettant la traçabilité complète des transferts entre différents portefeuilles virtuels afin d’aider à identifier rapidement toute activité suspecte ou illicite.

Toutefois, malgré toutes ces mesures visant à renforcer la sécurité et à protéger les investisseurs individuels ainsi que le système financier dans son ensemble, les régulateurs doivent constamment faire face à de nouvelles formules financières et techniques qui ne cessent d’apparaître sur le marché.

Cela nécessite donc une vigilance accrue de la part des autorités compétentes pour anticiper et identifier rapidement toute nouvelle menace en matière de fraude ou d’arnaque. Les gouvernements continuent ainsi à travailler pour trouver un équilibre entre la protection des consommateurs et l’innovation technologique, afin que l’utilisation future des crypto-monnaies puisse se faire en toute sécurité tout en garantissant leur accessibilité au plus grand nombre.

Avenir de la réglementation des crypto-monnaies

Dans cette optique, des discussions ont aussi été lancées concernant la création d’une monnaie numérique émise par les gouvernements eux-mêmes. Cette solution permettrait non seulement de mieux contrôler la circulation et l’utilisation de ces actifs, mais aussi de renforcer leur légitimité en les intégrant dans le système monétaire traditionnel.

Cela ne réglerait pas tous les problèmes liés à la réglementation des crypto-monnaies. Effectivement, si une telle initiative était mise en place au niveau mondial ou même national, elle pourrait avoir des conséquences sur la concurrence entre différentes devises virtuelles et avec les devises fiat existantes.

L’un des grands défis pour l’avenir sera sans aucun doute celui de la fiscalité. Les autorités fiscales doivent encore trouver un moyen efficace de taxer ces transactions réalisées via des plateformes décentralisées et anonymes essentiellement. Certains pays comme le Japon cherchent à intensifier leurs efforts pour surveiller ces activités afin d’éviter toute évolution vers une économie souterraine qui serait une source croissante de risques systémiques.

Bien que certains progrès significatifs aient été accomplis dans le domaine de la régulation des crypto-monnaies, il reste encore beaucoup à faire afin d’assurer leur sécurité tout en garantissant leur adoption massive. Les gouvernements devront continuer à travailler ensemble pour harmoniser leurs règles et politiques respectives afin d’offrir le cadre nécessaire pour faciliter la croissance continue et soutenable de cette disruption financière qu’est la technologie des crypto-monnaies.