PMA : Comment la FIV est-elle prise en charge ?

177

La Fécondation In Vitro est utile pour de nombreux couples pour parvenir à avoir un enfant. En France, c’est environ un enfant sur 300 qui naît grâce à une procédure de FIV. Mais cela demande de nombreux rendez-vous médicaux ainsi que des procédures lourdes, qui sont relativement coûteuses. Pour beaucoup de couples, la question de la prise en charge d’une FIV est primordiale. Nous vous expliquons dans cet article à quoi l’on peut s’attendre en termes de remboursement pour ce type de procédure.

Combien coûte une procédure de FIV ?

Selon les estimations de la Sécurité Sociale, qui se base sur les honoraires de praticiens conventionnés, une procédure de fécondation in vitro dépasse les 4000 €. Ce tarif comprend le traitement de stimulation, la surveillance, la partie biologique et la durée d’hospitalisation. Dans les faits, cela peut être plus cher, car en fonction de là où vous vivez, vous pouvez faire face au manque de praticiens conventionnés.

A découvrir également : Comment assurer un emprunt immobilier souscrit par deux personnes ?

Il est possible de vous adresser à une clinique dans le privé, ce qui voudra dire que vous aurez à votre charge tous les dépassements d’honoraires. Ce qui peut vite faire une somme très importante. Vous pouvez dans ce cas compter sur votre mutuelle, qui, en fonction de votre couverture, prendra en charge certains frais supplémentaires. Il est important de se renseigner auprès de sa complémentaire santé. Elle peut couvrir en partie ou la totalité des dépassements d’honoraires et d’autres frais annexes.

Comment est remboursée une procédure de FIV ?

La Sécurité Sociale rembourse les fécondations in vitro sous conditions. La situation et l’âge des parents est une première condition. Il faut savoir qu’en France, la FIV n’est ouverte qu’aux couples hétérosexuels et les couples de femmes, en âge de procréer. En résumé, à partir de 43 ans, la FIV n’est plus remboursée par la Sécurité Sociale.

A découvrir également : Assurance fiscalité imposition : comment fonctionne-t-elle aux USA ?

De plus, la Sécurité Sociale ne rembourse les parcours de FIV que si l’infertilité ou la stérilité du couple est médicalement vérifiée ou que l’un des futurs parents est porteur d’une maladie grave qui peut contaminer l’enfant ou son conjoint. Bien sûr, pour pouvoir être remboursée, il faut que la demande de parcours de fécondation in vitro soit faite auprès d’un médecin traitant et validée par la Sécurité Sociale ensuite.

Et enfin, la Sécurité Sociale ne remboursera complètement que 4 tentatives de FIV. C’est-à-dire 4 cycles complets qui vont jusqu’à l’implantation de l’embryon. Si le cycle est interrompu avant, il ne sera pas décompté. Si la grossesse va à son terme et qu’elle se finalise par un accouchement, le compteur se remet à zéro.

Voici ce qu’il est important de savoir pour la prise en charge d’une procédure de fécondation in vitro. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à demander des devis à l’hôpital et à vous entourer de professionnels de confiance. Il est évidemment conseillé de s’adresser à des praticiens conventionnés, mais si ce n’est pas possible, en faisant parvenir vos devis à votre mutuelle santé, vous saurez à quoi vous attendre en termes de remboursement.