Quels documents demander lors de l’achat d’une maison ?

4

En tant que vendeur, la loi vous oblige à collecter une collection de documents lors de la vente de votre propriété. Si vous ne respectez pas certaines obligations, la vente d’une maison ou d’un appartement pourrait être bloquée. Quels documents un vendeur doit-il fournir lors de la vente de biens immobiliers ?

Cet article fournit une mise à jour sur les obligations légales du vendeur.

A découvrir également : Pourquoi acheter dans l'ancien ?

1.Titre de propriété

Vous devez fournir l’acte notarié d’achat de la propriété (sa carte d’identité), qui vous a été remis par le notaire lors de l’acquisition de votre maison.

A découvrir également : Quelles questions poser lors d'une visite de maison ?

En cas d’héritage, vous aurez besoin de la déclaration de succession et de l’acte d’achat éventuel du défunt.

2. Certificat PEB

Vous avez certainement déjà entendu parler de ce système de certification énergétique de bâtiments imposés aux États membres européens.

Le certificat doit être établi par un professionnel certifié, qui rendra compte du niveau d’isolation thermique, de la performance du système de chauffage, de la ventilation et de l’énergie solaire. Il comprendra également des recommandations visant à améliorer la performance énergétique du bâtiment. Ce document permettra au futur acheteur de comparer la performance énergétique des marchandises mises sur le marché. Valable pendant 10 ans, le vendeur doit remettre l’original du certificat PEB à l’acheteur avant de signer le compromis.

Bien qu’il existe des variations selon que vous êtes à Bruxelles, en Flandre ou en Wallonie, l’exigence d’afficher le certificat ILL dans la publicité de vente d’un immeuble est en vigueur dans les trois régions depuis le 1er janvier 2015.

Attention, le propriétaire qui ne fournit pas de certificat PEB en temps utile risque une sanction pénale ou une amende administrative allant de 62,50€ à 2500€.

3. Destination urbaine

L’ annonce de vente de votre maison doit mentionner au moins la destination urbaine la plus récente de la propriété ainsi que des informations sur les permis et certificats d’urbanisme.

Selon les régions, des informations supplémentaires doivent également être mentionnées.

Vous pouvez obtenir ces informations urbanistiques auprès de votre municipalité (30 jours). Avant cela, n’oubliez pas de demander l’information cadastre avec un plan (compter un délai de 15 jours).

4. Attestation de sol et données sur les risques d’inondation

Il existe des variations entre les différentes régions. Cependant, rappelez-vous que vous avez besoin d’un certificat qui certifie que le sol de la terre ou de la maison n’est pas pollué.

Pour plus d’informations, visitez le site Internet de l’IBGE, Bruxelles Institut de gestion de l’environnement à Bruxelles : http://www.bruxellesenvironnement.be. En Flandre, contactez l’OVAM. Vous devez également fournir un certificat informant les acheteurs si la propriété est située dans une zone inondable ou non.

5. Commande d’installation électrique

À compter du 1er juillet 2008, pour toute vente d’une maison, le vendeur doit effectuer une visite de contrôle de l’installation électrique basse tension effectuée.

Cela permet de contrôler les anciennes installations installées avant 1981. Ceux installés après cette date doivent être vérifiés à nouveau après 25 ans.

6. Dossier d’intervention subséquente (DIU)

Le DIU est le fichier qui décrit tous les travaux effectués sur votre domicile depuis le 1er mai 2001 et dont l’objectif est de prévenir les risques (maladies/accidents) lors d’éventuels travaux ultérieurs effectués sur le bien.

Ce dossier comprend, en notamment l’inventaire et la description des travaux réalisés (plan, matériaux, devis, factures, cahier des charges, photos…) et doivent être établis soit par le coordonnateur de la sécurité (cas d’un chantier avec plusieurs professionnels) soit par l’entrepreneur, un seul professionnel ou le propriétaire. le travail lui-même.

Le DIU est, en général, remis à l’acheteur dès la signature de l’acte de vente authentique.

7. Cadastral carte « Le plan cadastral est une reproduction cartographique à plusieurs échelles spécifiées (par exemple 1/500ème ou 1/2.500ème) des différents biens immobiliers (terrains ou parcelles construites) sur le territoire d’une commune. Chaque colis est pris sous une section cadastrale et un numéro propre » (notarire.be).

Vous pouvez demander ce certificat auprès de l’Administration du Cadastre, qui est l’institution responsable de la collecte de tous les biens immobiliers du pays et de tous les propriétaires d’entre eux.

8. Cas d’une propriété à louer

Si vous avez un locataire, vous devez transmettre au futur acquéreur tous les éléments attestant de la situation locative de votre bien : le contrat de location, l’inventaire des locaux, les informations sur la garantie locative (certificat de dépôt), le montant du loyer payé, le montant des frais, etc.

9. Cas d’une copropriété

Si vous vendez un bien qui fait partie d’une copropriété, vous devrez fournir à l’acheteur des informations complètes sur la relation avec les autres copropriétaires (VP des assemblées générales), avant de signer le contrat de vente.

10. Certificat relatif au réservoir d’huile

En Wallonie, si votre réservoir d’huile contient 3000 litres ou plus, vous devrez effectuer un contrôle d’étanchéité de votre réservoir, établi par un technicien agréé.

À Bruxelles, d’autre part, obligations particulières sauf si votre réservoir d’huile est aérien et contient 3000 litres ou plus, dans ce cas, une déclaration environnementale ou un permis est obligatoire.

En Région flamande, les réservoirs pétroliers sont également soumis à des contrôles. Demande-toi !

Comme vous le comprenez, la vente de biens immobiliers peut être compliquée au niveau administratif. Prenez les devants, anticipez, informez-vous auprès des organismes compétents pour éviter les mauvaises surprises lors de la signature du compromis.